Mahdi: le kick-boxing pour faire partie d’une communauté résiliente

Mahdi: le kick-boxing pour faire partie d’une communauté résiliente

Mahdi Khawari était l’un des coachs de K1 de l’association Yoga and Sport with Refugees, qui travaille sur l’île de Lesvos, en Grèce.
Mahdi a passé environ deux ans dans les camps de réfugiés de Lesbos, où il a rejoint l’association pendant un an pour partager ses connaissances dans la pratique du K1 avec les autres résidents.
Il vit maintenant à Berlin où il continue de boxer régulièrement.

Histoire:
“Quand je fais de la musculation, je me débarrasse de l’énergie négative. Après, même s’il y a des bagarres, de l’alcool, de la drogue ou du bruit au camp quand j’essaie de dormir, mon corps est tellement détendu.
C’est ma famille. Les gens se rassemblent pour garder leur motivation et leur énergie.
Mon équipe reste en contact même si elle a quitté l’île. Nous nous suivons sur Instagram et nous nous envoyons des photos sur Whatsapp. Où qu’ils aillent, ils envoient des photos et demandent comment ça se passe au camp. Nous parlons du fait que ce serait bien de s’entraîner ensemble. Nous sommes des amis pour la vie.”

Crédits photo : Giacomo Sini

MASUD : APPRENDRE POUR S’INTÉGRER PAR LE SPORT

MASUD : APPRENDRE POUR S’INTÉGRER PAR LE SPORT

Masud Ghulan vit dans le camp de réfugiés de Lesbos, en Grèce. Il participe aux séances de sport proposées par l’association Yoga and Sport with Refugees, qui travaille à proximité du camp.

Histoire :
” Ici, tout est nouveau. Je ne suis âgé que de 2 ans et demi ici en Europe. Yoga and Sport m’a aidé à apprendre où je suis dans ce nouveau monde et avec quel genre de personnes je suis. Tout ce que j’ai appris sur ma nouvelle maison, c’est grâce aux bénévoles de Yoga and Sport.”

Crédits photos : Helena Monill

NASROOLAH : LE SPORT POUR TROUVER UN BUT

NASROOLAH : LE SPORT POUR TROUVER UN BUT

Nasroolah Jafari a rejoint les cours de kickboxing de Yoga and Sport with Refugees lorsqu’il était résident du camp de réfugiés de Lesbos, en Grèce. Ayant rejoint l’association il y a deux ans, le sport lui a permis de sortir de l’environnement du camp et de trouver un but ; il veut maintenant apporter plus d’espoir aux enfants. Il veut leur donner la possibilité d’avoir une vie normale.
Nasroolah a maintenant reçu ses papiers et vit à Athènes, où il suit toujours des cours de sport avec Yoga and Sport with Refugees.

Histoire :
“Je n’avais aucune possibilité de faire du sport en Afghanistan – pas même l’internet dans notre quartier pauvre. Maintenant, je cours et je fais du kick-boxing. Connaître Estelle et Yoga and Sport with Refugees m’a sauvé la vie. L’anglais que je parle, je l’ai appris grâce à ces gens. Je viens pour rester en bonne santé physique et mentale. J’ai toujours rêvé d’avoir la possibilité de faire du sport. Pourquoi perdre mon temps dans le camp ? Je peux venir et grandir et faire de bonnes choses. Je peux apprendre à connaître plus de gens. Je peux avoir plus de relations sociales. Je l’ai fait pendant plus de deux ans. J’en suis très heureux.”

Crédits photo : Giulio Piscitelli

Raja Muthupandi – Le sport comme moyen de lutter contre l’adversité

Raja Muthupandi – Le sport comme moyen de lutter contre l’adversité

Raja Muthupandi est l’un des meilleurs haltérophiles du pays, originaire de la ville de Tuticorin, dans l’État du Tamil Nadu. Né dans une famille d’ouvriers, Raja n’était pas étranger aux difficultés et à l’adversité, et ces circonstances difficiles ont aidé Raja à développer une résistance d’acier. C’est cette qualité qui l’a poussé à trouver dans le sport un moyen de s’exprimer et d’apporter de la stabilité à sa famille. Il a commencé à soulever des poids pour faire de l’exercice à l’âge de 12 ans, ce qui s’est transformé en une passion pour l’haltérophilie en compétition. Ses performances impressionnantes et sa volonté de devenir l’un des meilleurs au monde au niveau national et international ont fait de lui un modèle pour beaucoup.

Histoire:
“La route a été longue et semée d’embûches jusqu’à présent, mais j’en ai profité pleinement. Représenter mon pays sur les plus grandes scènes du monde est un immense privilège.”

Julius Achon OLY, champion du monde d’athlétisme, député ougandais et olympien

Julius Achon OLY, champion du monde d’athlétisme, député ougandais et olympien

Né dans le nord de l’Ouganda, Julius Achon OLY a grandi dans des conditions de vie très précaires avec ses 9 frères et sœurs. Alors qu’il n’avait que 10 ans, il a été recruté par des soldats de l’Armée de résistance du Seigneur, avec 14 autres enfants du même village, et il est resté 3 mois dans la brousse. Lorsqu’il s’est échappé, 9 de ses amis ont été tués par un avion de chasse et 6 d’entre eux sont rentrés chez eux.

Julius Achon OLY a commencé à participer à des compétitions à l’âge de 12 ans. Pour sa première compétition, faute de transports en commun, il a couru 75 km pour se rendre au stade. Grâce à une bourse, il a pu poursuivre ses études secondaires à Kampala et il a représenté l’Ouganda aux Championnats du monde juniors à Lisbonne en 1994. Comme il n’avait pas de chaussures adéquates pour courir, il a dû emprunter les chaussures à un participant kenyan et il a remporté sa première médaille d’or au 1500 mètres. En 1995, il a remporté une médaille de bronze aux Championnats d’Afrique à Harare, au Zimbabwe. Grâce à l’athlétisme, il obtient une bourse pour étudier en Virginie, aux États-Unis, et il participe aux Jeux olympiques d’Atlanta, en 1996, et de Sydney, en 2000.

En 2004, des soldats de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA) dirigée par Jospeh Kony ont tué sa mère. C’est alors qu’il décide alors de s’occuper des orphelins de la guerre en créant l’Association Achon Ouganda. Après la fin de la guerre, en 2007, les ressources alimentaires faisant défaut, il décide de se lancer dans un projet agricole. Avec les germes du projet Love Mercy, venu d’Australie, les communautés ont pu envoyer leurs enfants à l’école, manger et payer les frais médicaux. D’autres projets ont suivi : Julius Achon OLY a construit un centre de santé du nom de sa mère, Kristina Health Center lll, il a investi dans des projets d’eau potable et il a apporté l’électricité à son village en devenant membre du Parlement en 2016.

  • « Le sport m'a permis de sortir de la pauvreté et de connaître d'autres parties du monde. Cela m'a donné l'opportunité d'étudier, d'avoir une meilleure éducation. Grâce au sport, j'ai pu aider ma communauté et les aider à avoir une vie meilleure. En tant qu'inspiration pour la jeune génération, je voudrais leur dire de ne jamais abandonner dans la vie et de toujours s'efforcer de faire mieux. Le sport peut être un moyen de sortir de la pauvreté et peut forger des amitiés durables. J'aimerais aussi persuader les jeunes de redonner à leur communauté et de prendre soin des autres une fois qu'ils ont atteint leurs objectifs. »

  • Uganda
Jean Baptiste Alaize : Dépasser les traumatismes grâce au sport

Jean Baptiste Alaize : Dépasser les traumatismes grâce au sport

Jean-Baptiste Alaize, Champion de la Paix, olympien etquadruple champion du monde de saut en longueur des moins de 23 ans, a été victime du génocide des Tutsi en 1994. Alors qu’il n’a que 3 ans, il est témoin du meurtre de sa mère, grièvement blessé par des coups de machette et laissé pour mort. Il survit miraculeusement mais doit être amputé du tibia. A 7 ans, il est adopté par Danièle et Robert Alaize et s’installe dans un village de la Drôme en France.

« A l’adolescence, le sport est devenu un exutoire, il m’a permis de me sentir libre. Grâce au sport, j’ai pris le bon chemin et j’ai pu dépasser les traumatismes de mon enfance. Chaque victoire est une revanche sur la vie. »